Les Echos du Niari

Posté par aep1 le 31 mars 2009

           LA MOBILISATION A DOLISIE

http://www.dailymotion.com/video/x8v6lu

 

Ainsi qu’en témoignent ces images, Brazzaville a donné le top et Dolisie a emboîté le pas. En terme de mobilisation, partout où je suis passé, j’ai été en ma qualité de candidat de l’UPADS à la présidentielle de 2009, accueilli dans une effervescence populaire sans commune mesure.

aepdolisie0001copie2.jpg

 

Le bain de foule

A mon arrivé à Dolisie,  j’avais eu droit à un accueil chaleureux et très animé,  sous un tapis sonore de rythmes et chants de groupes folkloriques et ensembles traditionnels. L’ambiance était à son paroxysme.

aepdolisie0007.jpg

Pascal Tsaty Mabiala, Ange-Edouard Poungui, Norbert Sayi 

Ma délégation, la direction nationale du parti, la coordination de l’Upads au Niari et moi, avons marché de l’aeroport jusqu’au lieu de la manifestation, escorté par les militants sous un soleil ardent.

  aepdolisie0008.jpg

Arrivés à la Maison des Jeunes de Dolisie, le décor était planté. Les trois palmiers, symbole de notre parti, meeting populaire, animations…

     « Upads tiya, Upads tiya, Upads Yoka bahu…»

C’EST LE MOMENT !

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

QUI A PEUR ?

Posté par aep1 le 29 mars 2009

                          NO COMMENT  !

oukasekakola.jpg


                                                    


Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Retour en France

Posté par aep1 le 28 mars 2009

Ange-Edouard POUNGUI à Paris

Mes Dames ,  Messieurs,  Chers Blogeurs

Bonjour à tous !
Je suis depuis ce samedi 28 mars 2009 à Paris, en provenance du Congo.

Comme vous l’avez suivi  à travers, différents reportages diffusés sur nombreux supports multimédias,  j’ai entrepris au Congo une intense activité politique, aussi bien dans la capitale Brazzaville, qu’à l’intérieur du pays.

A Paris, je vais conférer avec les cadres et militants de l’Upads, mais aussi avec  les congolais de la diaspora.

Je devrais ensuite repartir assez rapidement au Congo où le devoir m’y recommande, mon calendrier étant très chargé.  J’ai une superficie de 342.000 km2 à boucler. Le Congo dont l’actualité reste marquée par la récente  visite du Président français Nicolas Sarkozy.

C’EST LE MOMENT !

Ange-Edouard POUNGUI

Candidat à la Présidentielle de 2009  au Congo Brazzaville

Publié dans Non classé, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Suite de ma tournée dans l’hinterland

Posté par aep1 le 24 mars 2009

 Ange Edouard POUNGUI à Dolisie et Nkayi

Poursuite de ma tournée dans l’arrière pays du Congo.  Après Impfondo dans le département de la Likouala, à l’extrême nord du Congo- Brazzaville, j’étais ce mardi 24 mars, l’hôte des populations de Dolisie, dans le département du Niari.

aepdolisie1.jpgA Dolisie,  3è ville du pays, où mon dernier passage remonte au 19 novembre 2008,  j’ai pris  langue avec les cadres, militants et sympathisants de l’Upads. Nous avons évoqué à cette occasion, les questions de mobilisation et de redynamisation, et les grandes lignes du projet de société de notre parti, l’Upads.

Mon séjour dans la capitale de l’or vert a été couronné par un carnaval qui a traversé toute la ville, dans une ambiance de kermesse. A travers cet acte, les militants de base de mon parti tenaient à traduire  leur soutien indéfectible à ma candidature, pour la présidentielle de 2009.

Après Dolisie, je me suis envolé pour Nkayi dans le département de la Bouenza, où je me suis  m’entretenu  avec les militants du Parti de cette localité, autour de la même thématique.

Avant les étapes actuelles, je m’étais entretenu auparavant avec les militants de toutes les sections de l’Upads à Brazzaville et à Pointe Noire.

Partout où je suis passé, la base de l’Upads s’est exprimée et a adopté de manière unanime un concept qui fait du chemin…C’EST LE MOMENT !

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

SUITE DU FEUILLETON D’IMPFONDO

Posté par aep1 le 17 mars 2009

La note manuscrite du Préfet de la Likouala : L’Oukase

Ange-Edouard POUNGUI, candidat de l’U.PA.D.S. à l’élection présidentielle, est rentré sain et sauf d’Impfondo le samedi 14 mars comme prévu.

Malgré l’insistance du Directeur de Protocole de Monsieur le Préfet DJOMBO BOMODJO qui est venu le solliciter une rencontre avec le proconsul par trois fois, notre candidat et la délégation de l’U.PA.D.S. ont refusé fermement de rencontrer Monsieur le Préfet le samedi matin, lui signifiant que le Préfet ne méritait plus ces civilités qui pourtant avaient été initialement programmées.

 Ce refus se justifiant aisément par le fait que le Préfet ait traité Ange-Edouard POUNGUI et la délégation de l’U.PA.D.S. comme des troublions, en donnant à la police par écrit, l’ordre d’interdire une réunion parfaitement conforme aux règles démocratiques et républicaines.

interdictionreunionupads.jpg

Mais pour des raisons que nous ignorons encore, cette oukase écrite de la main du préfet de la Likouala lui-même (mais que certains attribuent à son directeur de cabinet), n’a pas été exécutée au moment où l’Assemblée Générale se tenait bel et bien !

Au moment où les militants de l’U.PA.D.S. quittaient les lieux à la fin de l’Assemblée Générale, ils ont croisé un véhicule de la police stationné à 200 mètres environ de la salle de réunion, avec à son bord une dizaine de policiers armés. Une fois à l’hôtel, on apprenait que les policiers avaient finalement fait mouvement au lieu dit pour constater que la réunion avait pris fin et n’y ont trouvé que quelques retardataires et de paisibles paroissiens qui étaient sortis de l’église très proche.                       


L’on notera que Monsieur Gilbert DJOMBO BOMODJO est un habitué des interdictions abusives : il nous a notamment été rapporté des faits similaires contre « Mbito Développement » du Député Mogna à Dongou, l’ASDEB du Député Jean-Marie Bathéas, « radio MOKA », et la liste est loin d’être close.

Il croit croyais avoir trouvé une parade qui s’appelle « loi de 1901 » et ignore totalement de quoi il parle.

L’existence d’une association de fait : il ignore.

La couverture nationale d’une association, il ignore.

Nous découvrons qu’il ignore aussi la portée nationale de l’UPADS, un parti de gouvernement, qui a été au pouvoir dans ce pays pendant une législature entière ! et qui  à ce jour est régulièrement représenté dans les chambres hautes et basses du Parlement.

Nous avons bravé son oukase : c’est le moment de revenir à des valeurs républicaines et démocratiques.

COMM DPT

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Alerte à Impfondo

Posté par aep1 le 14 mars 2009

Le Préfet de la Likouala, Dieudonné Gilbert Djombo Bomodjo

musèle la démocratie

Djombo Bomodjo

dieudonnegilbertdjombobomodjo.jpg

Le Département de la Communication nous annonçait ce 13 mars 2009 sur le blog « l’Univers d’Ange-Edouard POUNGUI » la visite du candidat de l’U.PA.D.S. dans la capitale de la Likouala, et en effet le vol Air Congo est arrivé à Impfondo avec la délégation du plus grand parti de l’opposition, venant de Brazzaville.

Après les civilités dues aux autorités locales, un rendez-vous est  pris        pour le lendemain 10 heures avec Monsieur Dieudonné Gilbert DJOMBO BOMODJO, Préfet.

Le programme se déroule comme prévu jusqu’à ce moment où le Colonel Zacharie OBEKA, Directeur Régional de la Police Nationale et Monsieur Serge KETE, Directeur du Protocole Régional, se présentent et tentent par toutes sortes de manœuvres oratoires maladroites, d’empêcher la tenue de l’Assemblée Générale des militants de l’U.PA.D.S.

Il faut signaler que les militants de la Likouala sont venus nombreux : l’importance de la restructuration des instances du parti le disputait avec le désir de voir et encourager celui qu’ils ont démocratiquement désigné pour les représenter à la joute majeure de juillet 2009 : l’Election Présidentielle.

Les rodomontades du Colonel et du Directeur du Protocole n’y feront rien : la délégation venue de Brazzaville ainsi que les militants venus de toute la Likouala décident de tenir leur Assemblée Générale.  

C’est alors que Monsieur Dieudonné Gilbert DJOMBO BOMODJO, Préfet, signe un ordre pour empêcher la tenue d’une Assemblée Générale qui est en cours.  

Dans quel pays vivons-nous, Monsieur le Préfet ? Avez-vous oublié que l’U.PA.D.S. Est un parti déclaré auprès du Ministère dont vous dépendez ? Avez-vous oublié ce que dit la Constitution du Congo sur la liberté d’association et de réunion ? Permettez-moi de vous rappeler les articles 4 et 9 de la loi sur les partis politiques au Congo, adoptée par l’Assemblée Nationale et le Sénat, et promulguée par le Président de la République.

       Article 4 : Les partis doivent avoir un caractère national. A ce titre, ils ne doivent

pas s’identifier dans la forme, dans l’action ou, d’une manière quelconque à une ethnie, à un département, à une religion ou à une secte.

       Article 9 : Les partis politiques, outre le siège national, doivent avoir des membres et des sièges permanents dans tous les départements.

C’est le moment, Monsieur le Préfet, de comprendre que nul ne pourra désormais barrer la route au désir de Démocratie qu’exprime le Peuple Congolais. C’est le moment de mettre fin à tous les abus. C’est le moment de faire machine arrière sur les décisions arbitraires que ne permettent pas vos compétences de Préfet.

Vous n’aimez pas certaines formations politiques, Monsieur le Préfet ? Eh bien : aimez LA LOI et appliquez-la avec zèle et sans débordement.

Et que cela soit bien clair : c’est le moment où toute manœuvre d’intimidation se brisera, inéluctablement,  sur notre détermination, sur notre fermeté et sur la volonté irrécusable du Peuple Congolais à reconquérir la Liberté, à refaire son Unité, et à retrouver sa Dignité

 

Didier Mahouèle ma Makita,

Porte-parole en France

de Monsieur Ange-Edouard POUNGUI,

Candidat de l’U.PA.D.S. à l’élection présidentielle, scrutin de 2009.

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

COMMUNIQUE DE PRESSE

Posté par aep1 le 13 mars 2009

 

 Visite de  Ange –Edouard POUNGUI à  IMPFONDO


Monsieur Ange-Edouard POUNGUI, candidat de l’U.PA.D.S. à l’élection présidentielle de juillet 2009 en République du Congo, s’envole ce vendredi 13 mars 2009 pour Impfondo dans le département de la Likouala. en compagnie du Secrétaire Général Pascal TSATY-MABIALA, de son Directeur de Campagne Joseph OUABARI, du Vice-président Germain BAYANDE et du Secrétaire National Paul ABOMANGOLI, ainsi qu’une forte délégation de membres du parti.

L’intronisation de la nouvelle direction locale du parti dans cette localité est l’occasion pour le candidat désigné par le Conseil National de l’U.PA.D.S., de rencontrer les militants et la population de la Likouala. Cette visite pourrait se prolonger dans d’autres départements de la zone nord de la République.

C’est le moment !

Le Département de la Communication

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Video Quid  » C’EST LE MOMENT « 

Posté par aep1 le 10 mars 2009

Mi février 2009, Ange-Edouard POUNGUI candidat de l’Upads à la présidentielle de 2009 arrive au Congo Brazzaville, de retour d’un séjour à Paris. Un accueil délirant et mémorable lui est reservé, à l’aéroport international de Maya Maya, par une foule immense en liesse de jeunes militants de l’Upads. C’est l’effervescence populaire. Très enthousiastes, ces jeunes militants décident de l’escorter jusqu’ à sa résidence.

Ange-Edouard POUNGUI, qui prône la rupture avec tous les maux qui minent le Congo, la relance, l’unité et l’action, leur exprime son cri de coeur.

Il l’évoque en ces termes…

 

http://www.dailymotion.com/video/k2AD2NT9Bw2oDoYLQz

Publié dans Non classé, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Lettre à l’occasion de la journée internationale de la femme

Posté par aep1 le 8 mars 2009

aep1.jpg

 

Nge, KENTO ya Congo;

Yo, MWASI ya Congo;

Toi, FEMME du Congo,

Mes premières pensées vont vers toutes les Congolaises du nord au sud, de l’est à l’ouest et du centre qui, contre vents et marées se battent, jour et nuit, pour arracher à la terre et à la rivière quelques maigres subsides. Seule façon de ne pas succomber à la famine dans un pays où, assurer un repas quotidien relève aujourd’hui de l’inédit.

Ne dit-on pas que la grandeur d’un peuple réside dans sa capacité à se souvenir ?

S’il existe des dates symboliques qui cristallisent le temps et appellent toute notre attention, nous évoquerons le 8 mars 2009. Soit deux siècles après le déclenchement des premières grèves ouvrières féminines.

Ce fut l’amorce d’un combat contre toutes les formes d’injustice à l’égard des femmes, un combat pour la venue d’une matinée aux couleurs de justice.

Ces engagements, si on en juge par la volonté affichée par les pères de notre indépendance, figurent dans divers choix qui déterminent aujourd’hui notre Identité.

-Notre hymne national, n’est-ce pas « LA CONGOLAISE » ?

-Les armoiries de notre République, n’est-ce pas encore, une CONGOLAISE tenant dans ses mains les textes fondateurs de notre dignité avec en toile de fond, le Congo notre beau pays ?

Mais en revisitant notre Congo quarante neuf ans après notre indépendance, quelle signification peut-on donner au fait d’être Congolaise aujourd’hui ?

C’est quoi, être Congolaise, posons-nous cette question.

Les pères des indépendances en plaçant la femme Congolaise au cœur des principaux symboles de la République, comprirent dès les premières heures de notre souveraineté qu’en honorant la Femme, on créait les conditions pour un développement harmonieux de notre pays.

Et pourtant, l’histoire récente de notre pays décrit, pour ne pas dire, lève le voile sur un tableau macabre présentant la Congolaise souillée, violée, dépravée, jetée en pâture lorsqu’elle n’est pas tuée, prostituée.

Combien sont-elles, ces Congolaises qui attendent le retour d’une fille ou d’un fils qu’elles ne reverront sans doute plus ?

Trouve-t-on des mots pour apaiser les maux ? De mémoire d’homme, rien ne saurait justifier pareille barbarie, ni même un tel cynisme.

Cette journée du 8 MARS, événement de portée mondiale, se tient au moment où toutes les congolaises, que je salue au passage, ont le regard tourné vers un scrutin  majeur, l’élection présidentielle qui élira pour les sept prochaines années, le nouveau Président de la République.

Pour mettre fin à l’arbitraire et à l’impunité dans notre pays, j’ai été désigné pour solliciter votre suffrage afin d’incarner un nouveau rêve et de réhabiliter la primauté du droit dans notre pays.

Dès lors, je prends l’engagement d’œuvrer :

- pour la mise sur pied d’un cadre juridique qui garantisse une protection sociale;

- le dépistage gratuit chez la femme, du cancer de l’utérus et du sein;

- la prise en charge des soins pour les mères seules et les familles à revenus modestes;

- la facilité d’accès aux micro-crédits;

- la garantie des tri-thérapies pour les malades atteintes du sida;

- l’assainissement du milieu naturel;

- l’accès à l’eau potable et à l’électricité;

- et de meilleures conditions d’études pour vos enfants.

Cet engagement rejoint les vœux que je vous ai adressés pour cette année 2009 et les objectifs du millénaire qui seront autant de jalons sur la route que nous allons parcourir ensemble.

Nge, KENTO ya Congo, féti ya kitoko;

Yo, MWASI ya Congo, féti élamu;

Toi, FEMME du Congo bonne fête.

Avec le retour à la démocratie, retrouve aussi ta Dignité.

Vive la femme Congolaise.

Vive la République du Congo.

Brazzaville, le 8 mars 2009

Ange-Edouard POUNGUI

Candidat de l’U.PA.D.S. à l’élection présidentielle de juillet 2009.

Publié dans Non classé, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

CONFERENCE DE PRESSE de Ange-Edouard POUNGUI à Pointe-Noire le 02 mars 2009

Posté par aep1 le 3 mars 2009

                                                               Mesdames et Messieurs, Distingués invités, 

angeedouardpoungui.jpgIl y a un peu plus de trois mois, j’ai été désigné par l’assemblée délibérante de mon parti, l’U.PA.D.S., comme candidat à l’élection présidentielle de juillet 2009, au terme de primaires transparentes, pluralistes et inclusives. Ce qui constitue une innovation dans un pays plutôt habitué à l’auto- proclamation. 

Depuis lors, j’ai pris l’engagement de voyager à l’intérieur comme à l’extérieur, pour écouter et échanger. C’est dans le cadre de cette démarche que j’ai décidé après Brazzaville, de venir dans la ville océane, Pointe-Noire, par ailleurs capitale économique de notre pays, où j’ai passé six ans de ma scolarité secondaire. Pointe-Noire ville martyre, meurtrie par les pénuries chroniques d‘eau et d’électricité, expression caricaturale de la mal gouvernance et de l’injustice dans la redistribution de la manne pétrolière produite pourtant ici ! Pointe- Noire donne tout au Congo et, en retour, elle n’a que les miettes avec en prime la pollution. En effet, nos côtes, nos  terres cultivables et nos villages sont souillés tandis que notre ville est jonchée de sachets plastiques. La coquette capitale du Moyen Congo est complètement défigurée. Elle est devenue par ailleurs la vitrine de la corruption, de l’affairisme triomphant et des passe-droits en tous genres qui font que les fortunes y naissent soudainement. Ici tout ce qui brille appartient à la famille régnante ou à ses courtisans. Jamais l’expression « cordonnier mal chaussé » n’a été aussi vraie et juste appliquée aux ponténégrins ! Malgré tout, Mesdames et Messieurs, je reste convaincu que le réveil du Congo partira d’ici. A cet égard, des signaux allant dans ce sens se multiplient et Pointe-Noire est en train de retrouver sa tradition de frondeuse et son rôle d’aiguillon de la vie politique nationale. En effet, qui a oublié que ce sont les grèves déclenchées ici en 1990 qui ont permis l’accouchement de la Conférence nationale souveraine ? Qui n’a pas vu récemment la marche des femmes soutenues par les religieuses avec des bidons jaunes vides, crier leur exaspération face à la pénurie chronique d’eau ? Qui n’a pas vu les taximen de la capitale économique s’arrêter de travailler en signe de protestation contre les rackets des agents de la voie publique et tout à la fois contre la hausse du prix et les pénuries du carburant ? Qui n’a pas vu la réception réservée aux plus hautes autorités de l’Etat par les ponténégrins, lors des obsèques du très regretté président Jean Pierre Thystère Thicaya à qui je rends par ailleurs, un vibrant hommage pour avoir puissamment contribué à l’avènement de la démocratie dans notre beau pays ? 

C’est le moment pour l’UPADS de donner une réponse à toutes ces angoisses légitimes des ponténégrins et des habitants du Kouilou, et au-delà, à tous les Congolais gagnés par le désespoir et la fatalité. L’UPADS le fera avec les autres forces politiques de l’opposition aujourd’hui regroupées au sein du Front des partis de l’opposition. La nouvelle configuration politique nationale issue des états généraux de l’opposition tenus à Brazzaville du 20 au 22 février 2009 est le point de départ de la stratégie d’alternance voulue par l’ensemble de notre peuple. Notre parti y prendra toute sa part, elle qui a jusqu’ici  joué avec dignité et responsabilité son rôle d’opposant. 

Mesdames, Messieurs, chers invités, 

La réponse aux attentes de notre peuple passe nécessairement par l’instauration d’un Etat impartial et solidaire, et une décentralisation hardie et conviviale. Dans ce contexte nouveau, Pointe-Noire et le Kouilou recevront de la nation la part qui leur revient, comme le réclame à juste raison l’association animée par notre sœur ainée, madame Aimée Gnali Mambou. J’affirme ma ferme volonté d’automatiser le paiement régulier des pensions, d’instaurer progressivement un système d’assurance maladie accessible même aux couches sociales les plus modestes, d’offrir de vraies perspectives à notre jeunesse afin de la réconcilier avec la nation, de réaliser des investissements publics dans le domaine des infrastructures de base obéissant non pas aux intérêts des individus qui perçoivent d’énormes pots de vin tout en fermant les yeux sur les surcoûts et la qualité des travaux. Dans cet esprit, je ressusciterai le projet du barrage du Kouilou, initié par le président Fulbert Youlou, relancé par le président Pascal Lissouba, aujourd’hui aux oubliettes. De même manière je m’engage, dans un souci de transparence et de moralité, à ne pas recourir aux prêts gagés qui sont contractés dans l’opacité la plus totale. C’est pour avoir dénoncé courageusement cette pratique, pourtant proscrite par la Conférence nationale souveraine, que votre confrère Bruno Ossébi a sans doute péri avec toute sa famille dans un incendie mystérieux. 

L’Etat de droit qui est l’autre visage de l’Etat impartial vaincra l’impunité et l’injustice, et garantira le respect du principe de l’égalité de tous devant la loi, tandis que la méritocratie sera le critère fondamental dans le déroulement des carrières et l’accession aux fonctions administratives et politiques. L’UPADS sait que le pouvoir en place prépare minutieusement la fraude pour opérer un nouvel hold-up électoral dans quatre mois pour se maintenir. La révision des listes électorales est un écran de fumée destiné à abuser l’opinion internationale en même temps qu’il accuse l’opposition de préparer la guerre, lorsque cette dernière réclame un recensement administratif spécial pour déterminer le corps électoral ainsi qu’une commission électorale véritablement indépendante pour organiser les élections. Pendant que nous invitons le pouvoir au dialogue qui est la seule arme qui ne tue pas afin d’organiser des élections apaisées, le pouvoir qui a le monopole de la paix achète des armes et menace les populations qui ne lui sont pas favorables de repartir dans les forêts si elles persévèrent dans leur choix politique. 

Ces accusations miroir et ces intimidations sont la marque de fabrique des régimes totalitaires qui sont devenus anachroniques après l’effondrement du mur de Berlin et l’arrivée de Barack Obama à la tête des Etats-Unis d’Amérique. 

Chers compatriotes, 

C’est le moment de jeter la peur dans l’océan, de reprendre courage afin de reprendre votre destin en main. Je suis venu dire aux ponténégrins, et à travers eux à tous les Congolais, ma détermination d’opérer de façon pacifique et démocratique le changement, non pas un changement des hommes, mais surtout un changement de système pour permettre à notre pays de respirer et de renaître. Enfin, Pointe-Noire a déjà vu accoster, Mesdames, Messieurs, le navire-amiral de « la nouvelle espérance » : la municipalisation accélérée. Dressons-en le bilan ! Traçons ensemble les perspectives. Je me soumets à présent, volontiers, au feu roulant de vos questions. 

Je vous remercie 

Publié dans POLITIQUE | Pas de Commentaire »

1...56789
 

elan informatique |
Bonjour L'Afrique! |
FÊTE DES AFFAIR'S |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de Nicolas Mary
| Les rumeures du collége cha...
| frankprogrammatios