Interview de Ange-Edouard Poungui, Vice-président de l’UPADS à LA SEMAINE AFRICAINE

Posté par aep1 le 10 novembre 2010

                 lasemaineafricaine.jpgangeedouardpoungui.jpg

 

1.      AZAD : Monsieur le Vice-président de l’UPADS, vous êtes également président du groupe de contact de la réunification de l’UPADS, pourquoi y-a-t-il un grand silence après la signature de l’accord de réunification du 1er septembre 2010 ?

AEP : Je vous remercie de m’ouvrir une fois encore les colonnes de votre journal pour m’adresser aux militants et sympathisants de l’UPADS ainsi qu’à l’opinion nationale. Cette opportunité me permet de faire le point sur l’état d’avancement des négociations au sujet de la réunification de notre parti. De toute évidence, vous êtes l’un des rares organes de presse à vous intéresser à la vie du plus grand parti de l’opposition congolaise, alors que d’autres feignent de l’ignorer. En effet, comme vous le constatez, l’UPADS et l’ensemble des partis de l’opposition n’ont toujours pas accès aux médias publics qui sont devenus et demeurent des instruments exclusifs de propagande du pouvoir en place.

Cela dit,  et pour répondre à votre question pertinente, je tiens à vous rassurer que ce que vous semblez percevoir comme un grand silence, ne signifie pas que le processus de réunification est en panne. En effet, au lendemain de la signature solennelle de la Déclaration du 1er septembre 2010, les deux groupes de contact mis en place par les signataires de la Déclaration quelque temps avant, se sont mis au travail sans désemparer. Nous nous sommes employés à examiner comment appliquer méthodiquement la feuille de route que constitue la Déclaration historique du 1er septembre. Pour ce faire, nous proposons un ensemble de mécanismes devant matérialiser le processus de réunification. Au moment où vous m’interrogez, je suis en mesure de vous assurer que nos travaux touchent bientôt à leur fin. Dans les tous prochains jours, nous remettrons nos conclusions à nos directions respectives qui, je l’espère, convoqueront très rapidement les instances compétentes, notamment le Conseil national en ce qui nous concerne, à l’effet de valider  nos propositions. Au lendemain de cette étape, s’ouvrira alors la période de préparation du congrès unitaire. Ainsi, comme vous pouvez-vous en rendre compte, le processus de réunification de l’UPADS est bien enclenché et, sans langue de bois, j’en affirme l’irréversibilité.

2.      Azad : Qu’avez-vous déjà entrepris dans le cadre de cet accord ?

AEP : En dehors des négociations qui se déroulent au niveau du groupe de contact, le climat entre les membres de l’UPADS et de l’UPADS Historique, est chaque jour plus serein aussi bien au niveau des deux directions nationales qu’au niveau intermédiaire et de base. Des contacts physiques et de concertation entre les signataires de la Déclaration du 1er septembre 2010 sont de plus en plus fréquents pour nous permettre de réapprendre à vivre ensemble dans la sincérité.

3.      Azad : Où en êtes-vous actuellement ?

AEP : Comme je l’ai dit en réponse à votre première question, nous sommes à l’étape finale de nos pourparlers. Concrètement, nous nous attelons maintenant à rédiger le rapport de nos travaux, rapport qui sera soumis à l’approbation des instances nationales.

4.      Azad : Comment se passent-ils les contacts avec le camp Moukouéké ?

AEP : Depuis la signature de la Déclaration du 1er septembre qui constitue l’acte politique fondateur du parti du Président Pascal Lissouba, les relations entre les dirigeants du parti ont été considérablement assainies. La base suit. Avec la fusion très prochaine de toutes les instances nationales, intermédiaires et de base comme stipulé dans la Déclaration sur la réunification,  c’est une et une seule UPADS qui ira au congrès unitaire extraordinaire, dans quelques mois. Par conséquent, il ne me semble plus opportun de parler de camp Moukouéké ou de camp Gamassa. D’ailleurs, je puis vous révéler que ces derniers se téléphonent, se concertent et se rencontrent régulièrement sans protocole, dans un esprit militant et de camaraderie. Il en est de même pour moi-même et pour les autres dirigeants. Dès lors, il n’y a plus d’UPADS fond blanc ou d’UPADS fond jaune encore moins d’UPADS Historique. Au demeurant, les deux groupes de contact n’en font de facto plus qu’un. En effet, au fur et à mesure que nos travaux avancent, nous avons le sentiment d’appartenir à une même formation politique.

5.      Azad : Y-a-t-il des obstacles quelque part ?

AEP : Non nous n’avons rencontré aucun obstacle insurmontable. Nos pourparlers se déroulent dans une ambiance fraternelle et conviviale. Je n’ai enregistré aucun incident, aucun écart de langage, aucune tension. La sérénité règne. Les débats se déroulent dans un climat serein tandis que nos décisions sont prises par consensus. Autrement dit, aucun obstacle et aucune personne ne bloque le processus de la réunification qui, je le répète, est irréversible. C’est à se demander aujourd’hui : pourquoi nous étions divisés en chapelles ? Au fond qu’est ce qui nous divisait ? Qui nous divisait ? Et qui avait intérêt à nous diviser ? Plutôt que de continuer de regarder dans le rétroviseur et à ressasser le passé, nous devons plutôt  regarder devant nous et dans la même direction afin de faire de l’UPADS, le parti de l’alternance démocratique, c’est-à-dire, celui qui est à même de reconquérir le pouvoir, par la voie démocratique bien évidemment !

6.      Azad : Vos militants s’impatientent. A quand le congrès unitaire ?

AEP : Je comprends parfaitement l’impatience des militants qui ont appelé de leurs vœux la réunification de leur parti et qui ont salué avec enthousiasme l’événement du 1er septembre 2010. Mais je les invite à faire montre de patience et de faire confiance aux dirigeants du parti. Ces derniers,  plus que jamais  ont pris conscience de l’importance et de la nécessité de l’unité car les défis que notre peuple doit relever sont énormes. C’est parce que l’union fait la force que nous pensons que c’est ensemble que nous pouvons gagner. Quant au congrès unitaire extraordinaire, qui clôture le processus de réunification de notre parti, il doit être préparé avec minutie. N’oubliez pas que c’est de ce congrès que sortira la nouvelle direction du parti. Sa préparation et son organisation ne doivent pas être bâclées. Il faut donc éviter tout à fois la précipitation et l’atermoiement car la voie qui mène à la réunification de l’UPADS, n’est pas un fleuve paisible. Ainsi, pour faire mentir les pronostics les plus pessimistes, soyons vigilants et serrons chaque jour davantage nos rangs, parce que les obstacles ne manquent pas sur le chemin de la réunification.

Publié dans Non classé, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Upads Infos

Posté par aep1 le 6 juillet 2010

Le nouveau journal de l’UPADS

upadsinfos.jpgupadsinfos2.jpg

Publié dans Non classé, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Le Démenti

Posté par aep1 le 16 avril 2010

Ange-Edouard Poungui

Ancien Premier Ministre

Vice Président de l’UPADS

Brazzaville Congo

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Un communiqué de presse diffusé le 13/04/10 par Radio Congo, radio nationale, émanant d’un parti dénommé UPADS Fond rouge, fait croire que je serais l’un des leaders de cette formation politique.

Je démens catégoriquement cette assertion dénuée de tout fondement et déclare que je n’appartiens pas à ce parti dont j’ignore et l’existence et les dirigeants qui l’animent.

En conséquence, je réaffirme solennellement mon appartenance à l’unique U.PA.D.S. dont le 1er congrès extraordinaire a eu lieu en décembre 2006, sur convocation de son Président fondateur, Pascal Lissouba.

Fait à Brazzaville, le 14 avril 2010

 

Ange-Edouard Poungui

Publié dans Non classé, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Pacification de la vie politique

Posté par aep1 le 3 novembre 2009

le FPOC monte au créneau

La pacification de la vie politique devient un impératif majeur, après le simulacre d’élection du 12 juillet 2009, la répression de la marche pacifique de l’opposition le 15 juillet, les interdictions de sortie du territoire devenues de facto assignation à résidence, la sortie de Brazzaville étant elle-même interdite, et la reculade du Tribunal de Grande Instance de Brazzaville du 28 octobre dernier. Cette situation insupportable ne pouvait continuer à perdurer sans une réaction vigoureuse du  Front Uni des Partis de l’Opposition Congolaise FPOC.

Mathias DZON, Ange-Edouard POUNGUI, Emmanuel NGOUÉLONDÉLÉ-MONGO, Clément MIÉRASSA, Guy-Romain KINFOUSSIA et Hervé MALONGA, voilà la ligne d’attaque des leaders du Front Uni des Partis de l’Opposition Congolaise qui a  été reçue ce 30 octobre 2009 à 10 heures par Emmanuel YOKA, Ministre d’Etat chargé du Pôle Souveraineté. Cette rencontre fait suite à une correspondance que le Bureau du Front lui avait adressée en sa qualité de Ministre de la Justice, Garde des Sceaux.

Il ressort de cette rencontre que les mesures injustes et arbitraires qui frappent les leaders de l’Opposition ont été levées. Nous en avons à présent la confirmation, avec le voyage ce dimanche 1er novembre pour Paris, du Général Emmanuel NGOUÉLONDÉLÉ MONGO.

Prenant acte de cette décision par la voix d’Emmanuel YOKA, Ministre d’Etat chargé du Pôle Souveraineté, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, le Front Uni des Partis de l’Opposition  va cependant adresser une correspondance au Ministre pour une confirmation écrite. En effet, le Congo ayant adopté le droit écrit, nous ne pouvons nous contenter des décisions informelles du pouvoir pour qui la volonté du dictateur est source de droit, tandis que sa parole vaut loi et règlement.

Au moment où nous écrivons ces lignes, nous apprenons que le Général Emmanuel NGOUÉLONDÉLÉ-MONGO est arrivé ce matin 02 novembre à Paris, par le vol d’Air France

Nous restons cependant mobilisés et vigilants : la lutte continue !

Didier Mahouèle ma Makita

Publié dans Non classé, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

L’épilogue

Posté par aep1 le 2 novembre 2009

FIN DE NOTRE ASSIGNATION A RESIDENCE

sanstitre.jpgNous sommes désormais libres de nos mouvements et de nos droits, suite à la levée de l’assignation à résidence de facto, dont les leaders du Front des partis de  l’Opposition  moi même y compris, avons été  victimes durant trois mois. Levée annoncée par M. Emmanuel Yoka, ministre d’Etat, chargé de la coordination du pôle souveraineté,  Ministre de la Justice, Gardes des Sceaux .

Prenant acte de cette annonce, nous avons adressé une correspondance au ministre pour une confirmation écrite de cette décision.

La délégation des leaders du Front Uni des Partis de l’Opposition Congolaise qui était reçue ce 30 octobre 2009 à 19 heures par M. Emmanuel YOKA, Ministre d’Etat chargé du Pôle Souveraineté, Ministre de la Justice, Gardes des Sceaux était composée de Mathias DZON, Ange-Edouard POUNGUI, Emmanuel NGOUOLONDELÉ-MONGO, Clément MIERASSA, Guy-Romain KINFOUSSIA et Hervé MALONGA.

Publié dans Non classé, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Le Verdict

Posté par aep1 le 28 octobre 2009

La Justice a refusé de dire le droit

Sans surprise, le juge Bayi, président du Tribunal de grande instance a refusé de dire le droit. Il s’est déclaré incompétent. Comme Ponce Pilate, il « s’est lavé les mains ». Ainsi, l’hypothèse que je pronostiquais comme la plus probable, a été confirmée. Je ne voyais pas en effet un juge congolais, annuler un acte du dictateur ! La conséquence de cette décision est la prolongation ad vitam aeternan de mon assignation à résidence à Brazzaville.  Sassou veut m’avoir à l’usure mais il ne m’aura pas ! Entre temps, nous sommes en possession de la lettre du procureur de la République, interdisant certains personnes; principalement les leaders de l’opposition, de sortir du territoire.

Enfin, l’audition de Mathias Dzon par le juge d’instruction, a été reportée au mardi prochain. Enfin, l’hypothèse de  voir les leaders de l’opposition tous défiler au cabinet du juge d’instruction Itoua Priva, n’est pas à écarter. Nous nous y préparons !

Plus que jamais, restons  mobilisés et vigilants !

Bon courage à tous !

La lutte continue !

Publié dans Non classé, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Mardi 27 octobre 2009, dernière audience de notre affaire

Posté par aep1 le 26 octobre 2009

Enfin, le dénouement ?

Publié dans POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

L’audience a finalement eu lieu ce 20 octobre 2009

Posté par aep1 le 21 octobre 2009

Le résumé

Après moult reports l’audience  s’est finalement déroulée ce mardi 20 octobre 2009, l’avocat du colonel Ndinga Jean Cyril était présent cette fois. Le public était nombreux et les forces de l’ordre aussi. Visiblement, le pouvoir craignait sans doute des débordements.

A la demande du juge Bayi qui a repris le dossier, Président du Tribunal de grande instance, les avocats ont tour à tour plaidé au fond. Maître Amédée Nganga , notre avocat, a fait une plaidoirie formidable et techniquement solide. Il a parlé pendant 25 minutes environ.

Il a surtout démontré le caractère arbitraire de la mesure qui nous frappe et, en l’absence de tout  acte écrit émanant d’une autorité investie d’un pouvoir reglementaire ou judiciaire (juge d’instruction ou le ministère public), il a rendu le colonel Ndinga seul responsable de cette mesure arbitraire d’interdiction de sortie du Brazzaville et du pays.

En effet, le colonel Ndinga n’a jamais pu nous opposer une décision écrite et motivée, nous empêchant de jouir de notre liberté d’aller et venir, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. D’ailleurs, en vertu de l’article 13 de la constitution, le colonel Ndinga n’était pas obligé d’exécuter les ordres reçus d’Okemba Dominique, sa « hiérarchie ». Ce dernier, en se gardant de donner des instructions écrites, espérait se prémunir et/ou neutraliser toute action judiciaire contre lui-même et sa décision arbitraire. D’ailleurs, le secrétaire du conseil national de sécurité et/ou le « conseiller spécial » est-il revêtu du pouvoir réglementaire ? C’est ainsi que, sans décision écrite, point de recours administratif ! Voilà pourquoi c’est au juge judiciaire que nous nous sommes adressés et non au juge administratif.

En conclusion, notre avocat a demandé au juge, l’annulation de la décision arbitraire querellée.

Quant à la partie adverse, représentée par maître Oko par ailleurs avocat de l’Etat, mais constitué par le colonel Ndinga, il a mis l’accent sur l’incompétence du juge de l’ordre judiciaire dans cette affaire. Il a donc demandé au juge de se déclarer incompétent dans cette affaire. Il faut cependant noter  que ce « professionnel » de défense des droits et libertés des citoyens, a tenté bien maladroitement par une réthorique confuse, de justifier la décision qui nous frappe.

Prochaine et dernière audience, mardi 27 octobre

L’affaire a été mise en délibéré par le juge qui a fixé la prochaine et dernière audience au mardi 27 octobre. Cela dit, je ne me fais aucune illusion sur la décision que rendra le juge qui aurait déjà  subi des pressions du clan. On lui reprocherait de n’avoir pas déclaré irrecevable notre requête dès le départ. C’est ainsi qu’à défaut de nous débouter, il se déclarera plus probablement incompétent.  Mais ce sera, une fois de plus, la démonstration par l’absurde que le Congo sous Sassou IV ou V n’est pas Etat de droit et où la justice est aux ordres.

C’est ainsi que notre liberté est impunément violée et notre dignité bafouée. Voici maintenant bientôt trois mois que cela dure !

Je tiens cependant à vous rassurer que malgré le désagrément que nous cause cette mesure arbitraire, nous tenons bon et nous ne sommes pas prêts de baisser les bras ni à capituler face à la persécution dont nous sommes victimes de la part du régime dictatorial incarné par le général Sassou dont la volonté est devenue source de droit tandis que la parole est source de loi !

Bon courage à tous ! Restons mobilisés et vigilants !

Publié dans Non classé, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Congo-Justice: suite de notre affaire

Posté par aep1 le 16 octobre 2009

Encore un nouveau report

Notre affaire a été de nouveau reportée pour absence de la partie adverse. Elle est reportée au mardi 20 octobre. Il s’agit, selon le juge, d’un « report ferme » c’est-à-dire si la partie adverse n’est pas présente, l’affaire sera jugée  au fond cette fois.

A chaque audience, le public est de plus en plus nombreux et impatient. Ce 13 octobre, le public était encore plus nombreux. Tout porte à croire que l’on joue la montre dans cette affaire, avec ces multiples reports. Notons par ailleurs que le président du tribunal de grande instance qui avait accepté et instruit notre dossier, l’a passé depuis la deuxième audience du 09 octobre à un autre juge.

Publié dans POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

Suite de notre affaire au tribunal de grande instance de Brazzaville

Posté par aep1 le 8 octobre 2009

Congo / Justice

 Le 14 Octobre 2009 : nouvelle audienceaep9.jpg

Le 6 octobre dernier comme nous vous l’annoncions, on était convoqué le Général Emmanuel Ngouolondélé et moi au tribunal de grande instance de Brazzaville, dans  l’affaire qui nous oppose à l’officier de la police des frontières de l’aéroport de Maya Maya, le colonel Dinga Cyril, qui nous avait notifiée verbalement l’interdiction de voyager à l’étranger y compris à l’intérieur du territoire congolais, sans motif précis.

Entravant ainsi notre liberté de circulation et mouvement pourtant garantie par la constitution congolaise.

Nous avions alors,  fort de cette criarde et absurde injustice, décidé d’attaquer en annulation, pour abus de pouvoir et non respect de la présomption d’innoncence, la décision qui nous interdit de sortir du pays ou de Brazzaville, et qui nous assigne de fait à résidence alors que nous ne faisions l’objet d’aucune quelconque information judiciaire.

Le jour de l’audience, ce 6 octobre 2009, cet officier de la police des frontières de l’aéroport de Maya Maya a tout simplement choisi de ne pas se présenter à la cour.  Il s’est par la suite adjugé des services d’un conseil juridique qui a demandé un report, le temps dit-il de s’impregner du dossier.

La nouvelle audience est donc fixée au mardi 14 octobre 2009.

Publié dans Non classé, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

123456
 

elan informatique |
Bonjour L'Afrique! |
FÊTE DES AFFAIR'S |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de Nicolas Mary
| Les rumeures du collége cha...
| frankprogrammatios