• Accueil
  • > Archives pour novembre 2009

Hommage à Jean Serge Essous

Posté par aep1 le 26 novembre 2009

 Décès de Jean Serge ESSOUS

essousjeanserge.jpgS’il fallait faire une histoire de la musique congolaise des deux rives sur le dernier demi-siècle, Jean-Serge ESSOUS serait certainement, et à plus d’un titre, la référence absolue. Contributeur talentueux à la création du « Négro Jazz », de « l’OK Jazz » et des « Bantous de la Capitale » dont il était encore le charismatique leader au moment où la mort nous sépare de lui, le saxophoniste, auteur et compositeur désigné en 2006 Artiste de l’Unesco pour la Paix, laisse une œuvre musicale appréciée de tous. « Yo camarade mabé » et « Philosophie » ont fait le tour du monde.

Mais les talents de cet homme né à Mossendjo le 15 janvier 1935 dépassaient la sphère de la musique, ce qui lui vaudra entre autres d’être nommé en 1993, conseiller du Président Pascal LISSOUBA chargé de la culture et de l’art.

Que la famille qu’il laisse, ses amis, les musiciens congolais et plus particulièrement ceux des « Bantous de la Capitale », trouvent ici l’expression de mes condoléances pour ce deuil qui nous touche tous.

Ange Edouard POUNGUI
Ancien Premier Ministre de la République du Congo,
Vice-président de l’U.PA.D.S.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Hommage d’Ange-Edouard POUNGUI à Bernard KOLÉLAS

Posté par aep1 le 22 novembre 2009

Ce 21 novembre 2009, Ange-Edouard POUNGUI a pris part aux côtés d’autres membres de la Direction de l’U.PA.D.S. (Pascal GAMASSA, Pascal TSATY MABIALA, Auguste BOUSSOUKOU, Jacques MOUANDA MPASSI, etc…) à l’hommage officiel organisé à l’occasion du décès de Bernard KOLÉLAS au Centre sportif de Makélékélé et au Palais du Parlement. L’inhumation aura lieu ce dimanche 22 novembre à NTSOUELE son village natal. Auparavant, une délégation de 14 membres avait pris part à le veillée mortuaire le 19 novembre au domicile officiel du défunt au centre-ville.

Le 13 novembre dernier, dès l’annonce du décès du Président du M.C.D.D.I., Ange-Edouard POUNGUI avait exprimé en quelques mots un hommage à Bernard KOLELAS BAKANA, combattant infatigable de la Liberté…

La Semaine Africaine en a publié un extrait à l’intérieur d’un article en  page 3 de son numéro 2946  du mardi 17 novembre 2009. Nous vous livrons ici dans son intégralité ce texte empreint d’émotion et de dignité.

« En ce qui me concerne, c’est depuis 1963, que monsieur Bernard KOLÉLAS BAKANA a occupé la scène politique nationale. Par conséquent c’est un homme dont j’ai entendu parler d’abord et que j’ai appris à connaître ensuite, au gré des vicissitudes politiques que notre pays a connues. Mais  c’est surtout lors de la période précédant la Conférence Nationale Souveraine de 1991 que j’ai eu l’occasion de l’approcher. C’est à cette occasion que j’ai commencé à connaître cet homme d’apparence timide et réservée. Pourtant, ce masque une fois tombé à la faveur de la conversation, je découvrais peu à peu un homme tout à la fois affable, avenant, courtois et plein d’humour. Mais  le souvenir le plus marquant que je garde de lui, me renvoie aux négociations de l’accord de paix à Libreville de décembre 1993. En effet, dans l’avion qui nous ramenait à Brazzaville, nous avions évoqué à bâtons rompus, l’histoire du Royaume de Kongo dia Ntotila. J’aurais pu l’apprécier davantage si je l’avais connu  plus tôt et surtout si je l’avais fréquenté plus assidûment. Ce que je regrette.

Avec la disparition du Premier Ministre Bernard KOLÉLAS BAKANA, Président du Mouvement Congolais pour la Démocratie et le Développement Intégral (MCDDI), le Peuple Congolais perd un fervent défenseur de la démocratie pluraliste. En effet il aura été dès les premières heures, de tous les combats pour la défense de cette idée de Démocratie, que la Conférence Nationale Souveraine a consacrée en son temps. Malheureusement, dix huit années après la Conférence Nationale Souveraine, la démocratie congolaise continue de bégayer.

C’est le moment pour moi de m’associer à la profonde douleur de la famille tout en partageant avec le parti qu’il a créé, l’étendue de cette perte, j’adresse mes condoléances les plus attristées à la famille éplorée et au MCDDI. Je prie Dieu le Miséricordieux, afin qu’il accueille dans son Royaume Bernard KOLÉLAS BAKANA, notre compagnon de lutte, Son humble serviteur.

Brazzaville le 13 novembre 2009.

Ange-Edouard Poungui

Ancien Premier Ministre

Vice Président de l’UPADS »

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Nos condoléances à la famille Kolelas

Posté par aep1 le 17 novembre 2009

condoleancesfamillekolelas.jpg

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Pacification de la vie politique

Posté par aep1 le 3 novembre 2009

le FPOC monte au créneau

La pacification de la vie politique devient un impératif majeur, après le simulacre d’élection du 12 juillet 2009, la répression de la marche pacifique de l’opposition le 15 juillet, les interdictions de sortie du territoire devenues de facto assignation à résidence, la sortie de Brazzaville étant elle-même interdite, et la reculade du Tribunal de Grande Instance de Brazzaville du 28 octobre dernier. Cette situation insupportable ne pouvait continuer à perdurer sans une réaction vigoureuse du  Front Uni des Partis de l’Opposition Congolaise FPOC.

Mathias DZON, Ange-Edouard POUNGUI, Emmanuel NGOUÉLONDÉLÉ-MONGO, Clément MIÉRASSA, Guy-Romain KINFOUSSIA et Hervé MALONGA, voilà la ligne d’attaque des leaders du Front Uni des Partis de l’Opposition Congolaise qui a  été reçue ce 30 octobre 2009 à 10 heures par Emmanuel YOKA, Ministre d’Etat chargé du Pôle Souveraineté. Cette rencontre fait suite à une correspondance que le Bureau du Front lui avait adressée en sa qualité de Ministre de la Justice, Garde des Sceaux.

Il ressort de cette rencontre que les mesures injustes et arbitraires qui frappent les leaders de l’Opposition ont été levées. Nous en avons à présent la confirmation, avec le voyage ce dimanche 1er novembre pour Paris, du Général Emmanuel NGOUÉLONDÉLÉ MONGO.

Prenant acte de cette décision par la voix d’Emmanuel YOKA, Ministre d’Etat chargé du Pôle Souveraineté, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, le Front Uni des Partis de l’Opposition  va cependant adresser une correspondance au Ministre pour une confirmation écrite. En effet, le Congo ayant adopté le droit écrit, nous ne pouvons nous contenter des décisions informelles du pouvoir pour qui la volonté du dictateur est source de droit, tandis que sa parole vaut loi et règlement.

Au moment où nous écrivons ces lignes, nous apprenons que le Général Emmanuel NGOUÉLONDÉLÉ-MONGO est arrivé ce matin 02 novembre à Paris, par le vol d’Air France

Nous restons cependant mobilisés et vigilants : la lutte continue !

Didier Mahouèle ma Makita

Publié dans Non classé, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

L’épilogue

Posté par aep1 le 2 novembre 2009

FIN DE NOTRE ASSIGNATION A RESIDENCE

sanstitre.jpgNous sommes désormais libres de nos mouvements et de nos droits, suite à la levée de l’assignation à résidence de facto, dont les leaders du Front des partis de  l’Opposition  moi même y compris, avons été  victimes durant trois mois. Levée annoncée par M. Emmanuel Yoka, ministre d’Etat, chargé de la coordination du pôle souveraineté,  Ministre de la Justice, Gardes des Sceaux .

Prenant acte de cette annonce, nous avons adressé une correspondance au ministre pour une confirmation écrite de cette décision.

La délégation des leaders du Front Uni des Partis de l’Opposition Congolaise qui était reçue ce 30 octobre 2009 à 19 heures par M. Emmanuel YOKA, Ministre d’Etat chargé du Pôle Souveraineté, Ministre de la Justice, Gardes des Sceaux était composée de Mathias DZON, Ange-Edouard POUNGUI, Emmanuel NGOUOLONDELÉ-MONGO, Clément MIERASSA, Guy-Romain KINFOUSSIA et Hervé MALONGA.

Publié dans Non classé, POLITIQUE, SOCIETE | Pas de Commentaire »

 

elan informatique |
Bonjour L'Afrique! |
FÊTE DES AFFAIR'S |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | blog de Nicolas Mary
| Les rumeures du collége cha...
| frankprogrammatios